Les médias parlent de nous

03 octobre 2017
SFERIS mobilisé pour la rénovation de la ligne ferroviaire Nice-Tende

SFERIS prend en charge la gestion de la sécurité sur la ligne fermée entre Coni et Vintimille. Les 5 opérateurs de la Direction d’Affaires Sécurité coordonne l’activité au PC Sécurité. Ils réalisent les accueils sécurité, délivrent les autorisations d’accès aux entreprises travaux ou encore assurent la fonction d’agent PN (Passage à Niveau). Débuté il y a quelques semaines, le chantier va durer jusqu’en Avril 2018.

SFERIS mobilisé pour la rénovation de la ligne ferroviaire Nice-Tende

Travaux enfin lancés cet automne pour la rénovation de la ligne ferroviaire de montagne franco-italienne qui assure une liaison directe par le col de Tende entre Nice et Vintimille sur le littoral vers Cuneo et au-delà Turin. La première phase de modernisation sous la conduite de SNCF Réseau, maître d’ouvrage, concerne la section française entre Breil et Tende. 

Sa dégradation avait imposé la réduction de la vitesse des convois de 80 à 40 km/h, obligeant une restriction de circulation de 20 à 6 trains par jour. Or cette ligne se divise après la gare de Breil en deux voies l’une vers Nice et l’autre vers Vintimille pour se raccorder à la ligne littorale Gênes-Nice. Elle est importante pour les Italiens en reliant directement la partie Est de la Ligurie à Cuneo. 

Le chantier en cours, financé pour 29 millions d'euros par l’Italie, nécessite la fermeture pour huit mois de cette section dégradée. Plus de 250 salariés de Colas Rail, Eiffage énergie ferroviaire, Mansuy, Azurail, Sferis et l’italienne ECM sont mobilisés... Ils vont renouveler la voie (rails, traverses et ballast), la sécuriser via des filets et grillages contre les chutes de rochers et rénover les pont-rail. 

La gare de Breil-sur-Roya subira un lifting avec la réfection des voies de service et la création d’une voie neuve. Côté italien, l’homologue de SNCF Réseau va sécuriser le tunnel ferroviaire de 8 km sous le col de Tende avec un système d’arrêt automatique des trains. 

Une seconde phase de travaux doit être programmée. Elle fait l’objet d’une étude par SNCF Réseau et les financements seront négociés entre la France et l’Italie. L’estimation porte sur 30 à 50 millions d'euros, dont 15 millions sont déjà budgétés côté français au contrat de plan État-Région. Au préalable, il faudra revoir la convention de 1970 franco-italienne qui régit cette ligne reliant Nice à Coni et Turin, des bassins économiques importants. Avec la rénovation en cours du tunnel routier de Tende, la vallée de la Roya assure un désenclavement entre le Piémont et la partie Est de Paca où les communication ferroviaires et routières (A8) saturent.

Michel BOVAS

Annonce automatique sur la GOP de Bordeaux
Plus d'images
rejoignez-nous